Samsung promet des mises à jour Android bien timides par rapport aux usages d’Apple avec son iPhone.

La mise à jour du système d’exploitation mobile (iOS, Android) est un sérieux levier de l’obsolescence programmée de nos smartphones.

Un téléphone privé d’une nouvelle version majeure de l’OS (operating system) entre de force dans le couloir de la mort. À terme, l’appareil sera privé d’applications essentielles qui exigeront la dernière version du système d’exploitation. Sa sécurité en ligne sera mise à mal.

L’appât du gain

Le déploiement de la mise à jour de l’OS est autant une décision technique que stratégique.

Parfois, certains smartphones sont simplement trop limités techniquement. Les exigences du nouvel environnement risquent de les mettre à genoux.

Souvent, les fabricants délaissement rapidement le suivi des anciens modèles au profit de la promotion effrénée des nouveaux.

Surtout, aucune législation n’oblige les fabricants à assurer un suivi logiciel même minimaliste de leurs téléphones.

C’est le règne du pragmatisme. Injecter régulièrement des mises à jour sur des milliers de terminaux est une opération coûteuse pour les constructeurs. Prolonger leur espérance de vie logicielle ne sert pas leurs intérêts à court terme. Ce qui est impensable dans d’autres secteurs (automobile, électroménager, télévision…) est une norme quasi incontestée.

Promesses timides

Dans cette jungle libertaire, le vent commence heureusement à tourner. Une poignée de fabricants garantit trois mises à niveau majeures du système d’exploitation mobile. Le dernier en date: Samsung.

Concrètement, une sélection de smartphones Samsung commercialisés en 2019 et en 2020 bénéficiera de «trois générations de mises à niveau du système d’exploitation (OS) Android».

Sont notamment concernés: les Galaxy S20, les Galaxy S10, «les futurs appareils de la gamme S», les Galaxy Note 20, les Galaxy Note 10, «les futurs appareils de la gamme Note», les Galaxy A71 et A51, «une sélection de futurs appareils de la gamme A».

Prudence, trois générations d’Android n’équivalent pas nécessairement à trois années de suivi. Exemple: le Galaxy S20 commercialisé en mars 2020. L’appareil héritera de Android 11 d’ici la fin de l’année 2020, de Android 12 fin 2021, de Android 13 fin 2022.

D’autres fabricants ont déjà pris des engagements similaires (OnePlus, Google). Ce n’est évidemment pas un hasard. Le marché du smartphone en berne digère lentement l’idée que le consommateur entend garder de plus en plus longtemps son téléphone.

Loin derrière Apple

Si ces engagements sont évidemment des avancées, ils sont clairement insuffisants. Ils sont aussi inférieurs aux usages d’Apple avec l’iPhone et le système d’exploitation mobile iOS.

Premier exemple: l’iPhone 5s. Lancé avec iOS 7.0 en septembre 2013, l’appareil a bénéficié de cinq mises à jour majeures (iOS 8, 9, 10, 11 et 12) avant d’être privé d’iOS 13 en septembre 2019. Apple continue néanmoins de surveiller iOS 12, qui est passé en version en version 12.4.8 en juillet 2020.

Deuxième exemple: l’iPhone 6s/6s Plus. En septembre 2015, l’iPhone 6s est arrivé sur le marché animé par iOS 9.0. Cinq années plus tard, il accueillera iOS 14 à l’automne 2020.


Le tableau ci-dessous compare la durée de vie logicielle de tous les iPhone:



ORLM RECOMMANDE :

x

   RECHERCHER